April 3, 2018

 

La culture biologique redonne au vignoble sa couleur verdoyante grâce à l’enherbement entre les rangs l’hiver. Et quand voilà le printemps, la nature se réveille au château Suau !

Graminés et légumineuses : le couvert végétal

C’est à l’automne que nous avons planté les graminés et les légumineuses. Chez les graminés on retrouve l’avoine et le seigle, des céréales qui aèrent le sol grâce à leurs racines profondes.
Chez les légumineuses ce sont les petits pois fourrages et de la féverole qui permettent de fixer l’azote et de le restituer au sol.

Pourquoi on sème ?

Là où l’homme sème, beaucoup d’autres choses poussent aussi, apportant plus ou moins de bénéfices à la vigne. Le sol est en fait constitué de milliers de graines, qui prennent des informations dans leur environnement et ne germent que si toutes les conditions sont réunies pour leur survie.  Les semis d’automne permettent alors de canaliser cette flore naturelle et d’en limiter la quantité si nécessaire. Vous pourrez ainsi tout de même apercevoir les trèfles, le chiendent, la véronique de Perse, les pissenlits ou la menthe sauvage qui peuvent prendre beaucoup de place et ajoutent parfois de jolies tâches de couleurs.

L’ensemble permet une combinaison vertueuse qui apporte l’énergie nécessaire au sol et donc à la vigne. Ce couvert végétal permet aussi un microcosme d’insectes et de vers de terre qui ajoutent encore à la création de nutriments et à l’équilibre de la terre.

Les rosiers

Au bout du rang, quelques rosiers décoratifs qui servaient à l’époque à avertir de la maladie de l’oïdium. Si les feuilles commençaient à brunir, on s’inquiétait alors de la vigne que l’on pouvait traiter préventivement. Aujourd’hui, des programmes informatiques ont supplanté aux rosiers mais comme tout système reste faillible, il reste un excellent complément pour analyser la santé de la vigne !

Travailler le sol pendant la pluie

Avec les pluies incessantes de cette fin d’hiver, ce tapis vert a la mission très importante de limiter l’érosion qu’entraîne l’eau sur son passage. Le sol est maintenu, structuré par les différentes racines. Nous arrivons à un tel stade d’humidité, que les travaux du sol ont cessé pour éviter toute érosion. Aucun tracteur dans la vigne !

La taille est finie et maintenant que la pluie a cessé, c’est le moment de plier la branche qui portera les raisins et de broyer les sarments tombés à terre. Ils seront ensuite broyés et mélangés avec du fumier pour faire du composte qui servira à enrichir la terre de la vigne. Le cycle est complet !

En attendant la reprise, on répare plutôt les piquets et les fils aux extrémités des rangs et on se prépare patiemment au débourrement. Il y a toujours quelque chose à faire dans le vignoble !

La sortie des bourgeons

Dès que le soleil va poindre son nez, la vigne va exploser de vie. Le bourgeon est déjà apparent mais il est dans sa phase de coton, on voit comme de la ouate sortir du bourgeon qui va donner la feuille.

À bientôt au château Suau !