October 3, 2018

Depuis quelques années le marché du « bio » a le vent en poupe. Que ce soit pour des raisons de santé, économiques ou écologiques. Mais qu’en est-il du marché du vin bio ?

Vin BIO France

Quelques chiffres sur la production tout d’abord.

En 2015, en France, 8,7% du vignoble national est conduit en Agriculture Biologique, dont 99% sont des raisins de cuves (destinés donc, à la production de vin). Mais ce n’est qu’un début car 16% était également en conversion en 2015, ce qui implique que cette année ou l’année prochaine, 24,7% du vignoble français sera certifié bio. Belle progression !

Et si la production augmente on imagine bien que la demande également…

En effet, plus de 1,5 millions d’hectolitres ont été mis sur le marché en 2015, dont 54% sur le marché français. En valeur, les français ont consommé 670 millions d’euros de vins bio. 35,8% des français consomment du vin bio dont 40% régulièrement (au moins une fois par semaine). Ce qui n’est pas étonnant, car la France est le pays où le vin biologique a le taux de notoriété le plus élevé avec 74,5%. La France suit la tendance Européenne, où les femmes sont plus consommatrices de vins bio que les hommes avec 44,3% de consommatrices.

 

Qui consomme le plus et dans quel circuit de distribution ?

Ce sont les jeunes qui sont les plus friands de vin bio. C’est une véritable tendance chez les 18-24 ans qui représentent 14% des consommateurs de vin biologiques (contre 8% pour les vins dits conventionnels).

Le principal circuit pour l’achat de vin bio est la vente directe (41% des ventes en valeur), ce qui rejoin

t la tendance du marché à se rapprocher des circuits courts, et cette volonté de proximité avec le producteur.

Les restaurateurs sont également de plus en plus nombreux à proposer du vin bio sur leur carte (près d’un sur deux en 2015 vs 2/5 en 2011). De plus, ces mêmes restaurateurs proposent en moyenne 5 références. Cela confirme bien les tendances de consommation à la hausse !

Qu’est-ce qui motive nos concitoyens à boire du bio ?

 

Pour la plus grande majorité (77%), les français consomment des vins issus de l’AB pour des raisons environnementales. Et ils sont prêts à mettre le prix pour protéger notre planète puisque 86,9% acceptent de payer plus cher leur précieux nectar. En moyenne, les français dépensent 9€ pour une bouteille de bio vs 7,50€ pour un vin en agriculture raisonnée.

Pour les français qui ne se sont pas décidés à sauter le pas, c’est en raison pour 34% d’entre eux de son prix trop élevé. Cette perception est surtout dû au fait qu’il n’existe pas de vins bio à très bas prix. L’exigence demandée pour la certification, et la qualité engendrée sont sources d’un travail et d’une main d’œuvre supplémentaire qui se répercutent forcément sur les prix. Mais à qualité équivalente, il y a finalement peu de différence de prix entre un vin d’agriculture raisonnée et un vin biologique.

 

Ainsi, le curseur est sur le vert, tant au niveau de la production que de la consommation. Une nouvelle pédagogie est à mettre en place afin de briser notamment cette barrière psychologique du prix et développer l’engouement pour les produits naturels et qualitatifs.

(Sources : Etude Sudvinbio 2015 et Agence Bio 2017)

 

The following two tabs change content below.

Manon Nyst

Derniers articles parManon Nyst (voir tous)