August 5, 2016

vin rosé et cuisine asiatique

La cuisine asiatique est entrée dans nos mœurs occidentales depuis plusieurs décennies maintenant. Mais c’est souvent une fausse image qu’on lui colle, en parlant volontiers de “nourriture chinoise”. Or l’Asie c’est 45 pays, donc autant de spécialités culinaires ! Un autre cliché qui colle à cette cuisine est qu’on ne l’associe surtout pas au vin. Vive le saké ou le thé (alors qu’il ne viendrait pas à l’idée d’un asiatique de boire du thé en mangeant !). Détrompez-vous le vin peut parfaitement s’accommoder à certains types plats de ce continent. Ici, vous trouverez une petite sélection des accords mets-vins avec du rosé spécialement, boisson de saison par excellence !

Cuisine chinoise

Bonne nouvelle, la recette phare de la cuisine chinoise est tout à fait appropriée pour notre vin rosé ! Il s’agit de la célèbre recette des nouilles chinoises sautées au bœuf. Pour la petite histoire (et votre culture) sachez qu’il pourrait s’agir de la plus vieille nouille du monde, puisque des archéologues en ont retrouvées sur un site : elles dateraient de plus de 4000 ans !

Pour confectionner ce plat simple mais gourmand, il vous faut des nouilles chinoises, donc mais aussi des champignons asiatiques, 300g de bœuf (pour 4 personnes), 100g de carottes, de brocolis et de poireaux, une cuillère à café de gingembre moulu et 2 gousses d’ail. Pour la sauce : du bouillon de poulet, de la sauce soja et du vinaigre de Xérès. Pour commencer, faites tremper les champignons pour leur redonner leur consistance, et faites revenir le bœuf et les légumes, coupés en lamelles. Faire cuire tous les ingrédients de la sauce en même temps et le tour est joué ! Il ne vous reste plus qu’à y ajouter les pâtes et à déguster !

Le goût légèrement épicé de ce plat sera supporté par le vin rosé.

Cuisine vietnamienne

La star du moment nous vient du Vietnam, puisqu’il s’agit du Bo Bun. Cette salade composée d’une multitude d’ingrédients suffit à un repas : diététique mais le ventre bien rempli, donc. Ce plat se reconnaît parmi les autres puisqu’il contient une petite surprise, à savoir des nems coupés en morceaux. La touche de craquant qui fait la différence.

Pour réaliser cette salade repas, il vous faut vous munir de nems, de bavette de bœuf, de laitue, de concombre, de petites carottes, de vermicelle de riz, de coriandre et de menthe, d’ail, de citron, de nuoc mâm, de vinaigre de vin, d’un peu de sucre et de gingembre. Vous mélangez le tout (après avoir cuit le bœuf) et c’est gagné. Pour les plus gourmand, vous pouvez y incorporer des morceaux de cacahuètes grillées ! Un régal.

Encore une fois, c’est la sauce relativement épicée qui va venir pimenter le vin rosé que vous servirez.

Cuisine japonaise

Comment penser Asie, sans mentionner le Japon ? Pays des sushis, sashimis et autres plats à base de poisson, vous ne pouvez pas trouver meilleur client pour le vin rosé. Pourquoi ? Car ceux-ci sont tous accompagnés de la même sauce et de gingembre et pas de n’importe quel gingembre : le gari. Il s’agit d’un gingembre mariné dans du vinaigre, qui prend souvent une couleur rose. Il a un goût unique, pourtant la recette pour le réaliser est simple. Il vous faut simplement du gingembre frais, du vinaigre de riz, du sel et du sucre. Attention, le gingembre frais est une pousse jeune, différente de ce que l’on trouve dans la plupart des épiceries : il est blanc et ses pousses sont roses. Son goût est moins fort. Une fois ces ingrédients récupérés, il vous faut faire une marinade de tout ceci. Vous voici en possession de votre propre gari !