August 15, 2017

Culture bio

Bio, biodynamie, nature, ces trois mots sont sur toutes les lèvres des cavistes. Sauriez-vous donnez les différences sans ciller ? Pour le client parfois, la distinction est floue, voire inexistante. Voici quelques éléments de réponse.

Les vins bios

Les vins bios suivent d’abord une méthode de culture particulière. Elle garantit que la vigne n’a pas été traité par des produits chimiques, pesticides ou herbicides ce qui impose plus de travail mécanique. Enfin, seuls les engrais naturels sont autorisés. Depuis 2012, s’ajoute à la culture, la vinification qui doit limiter les intrants. Tout comme pour les vins natures, les vins bios sont limités dans l’ajout de sulfites. Pour obtenir la dénomination « label », il faut donc être certifié par un cahier des charges régit au niveau européen. Tout le monde ne peut donc pas prétendre faire un vin bio.

Les vins natures

Nous en avons parlé en détails il y a quelques semaines : les vins naturels sont en général des vins bios, mais n’ont pas forcément acquis le label. Ils se caractérisent par un minimum d’intrants (ce qu’on ajoute au raisin) pouvant altérer la vie bactérienne du vin afin de garder ce qu’on pourrait appeler « le goût originel ».  Le taux de sulfite ajoutés est généralement encore inférieur à ceux des vins bios, proche de zéro. Un vin nature veut faire parler son terroir et les vignerons qui les produisent pensent que les intrants sont autant de barrière à cette quête du terroir.

Les vins en biodynamie

La biodynamie est une étape spirituelle qui s’ajoute à la culture biologique, un vin en biodynamie doit d’ailleurs d’abord être certifié bio. Le mode de culture est inspiré largement des écrits de Rudolf Steiner, le précurseur. L’équilibre avec l’environnement proche mais aussi lointain est primordial. Le mouvement des astres et le calendrier lunaire sont utilisés pour définir les meilleurs moments pour intensifier les échanges entre la plante et le sol, l’objectif est d’être en osmose avec la nature. Les vignerons préparent des mélanges sous forme de tisanes par exemple. Si les effets sont parfois durs à quantifier, les résultats semblent souvent probants. On ne trouve pas de label européen, mais il y a néanmoins deux certificateurs : Demeter et Biodybin.

De ces trois courants, l’agriculture biologique est la base, c’est d’ailleurs le seul mode de culture qui a un réel cahier des charges et une certification européenne. Concernant les vins natures et les vins en biodynamie, il existe plusieurs cahiers des charges avec des associations qui appliquent leurs propres règles, le message est donc plus difficile à saisir pour le consommateur. II faut d’abord faire confiance au vigneron qui est en général un grand défenseur de l’environnement, amoureux de la nature.

Au Château Suau, nous sommes en agriculture biologique certifiée depuis 2016. Notre cuvée Semper Viva qui sort à l’automne, est le premier de nos vins sans sulfite ajouté… aventure à suivre !